Y’a-t-il une différence entre les eliquides dans leur impact sur le vapotage passif ?

Le vapotage passif a fait couler beaucoup d’encre et de salive ces dernières années. Les principales interrogations autour de ce sujet concernent la dangerosité du phénomène. Nombreuses sont les personnes, sur les blogs de vapoteurs, qui se demandent  si le liquide vapoté a un impact sur les dangers encourus par les non-vapoteurs.

Le vapotage passif, c’est quoi concrètement ?

Vapoter est une manière sûre pour délaisser la cigarette électronique. Cette façon d’obtenir sa dose de nicotine qui semble assez saine peut avoir un certain impact sur votre entourage.

C’est dans ce cas de figure qu’on parlera de vapotage passif. En fait, ce terme désigne le fait de vapoter en présence de personnes qui ne vapotent pas et qui ne sont pas des vapoteurs.

Le fait de profiter de sa cigarette électronique en public devant des enfants ou des femmes enceintes peut avoir des effets néfastes sur ces derniers. Ces effets sont principalement dus à la vapeur dégagée lors du fonctionnement de la cigarette 2.0.

Il faut préciser que les effets néfastes de l’ecig sont généralement dus à la présence de nicotine dans le liquide électronique. Ce qui est très intéressant, c’est que de nombreuses études ont été menées sur le tabagisme passif.

Ainsi beaucoup de personnes se sont également interrogées sur le vapotage passif. De ce fait, depuis quelque temps, il est possible de trouver des études sérieuses sur le sujet.

Quels sont les dangers du vapotage passif ?

La cigarette électronique demeure très peu toxique comparativement à la clope. Ceci s’explique par le fait que lors de son fonctionnement, la cigarette 2.0 ne produit pas de combustion.

Ce qu’il faut donc comprendre, c’est que le vapotage passif reste moins dangereux que le tabagisme passif. À ce jour, quelques études permettent d’avoir une idée de l’impact du tabagisme passif sur les non-vapoteurs.

D’après une étude publiée dans la « Revue Médicale Suisse », les non-vapoteurs ne sont pas exposés aux particules solides lors du vapotage. Cette étude sérieuse qui a été publiée en juin 2013 permet de rejeter la plupart des enquêtes anti-vape réalisées sur le sujet.

Selon la « Revue Médicale Suisse », les gouttelettes rejetées par le vapoteur disparaissent quasiment dans la minute après leur sortie. Cela permet donc à l’entourage de ne pas ingérer des substances toxiques pendant longtemps.

Il faut quand même préciser que le risque d’inhalation de particules solides ou de monoxyde de carbone existe. Toutefois, ici, il est relativement faible.

Une autre étude réalisée par une boutique américaine est parvenue aux mêmes résultats. La structure américaine a réalisé son expérience dans des conditions extrêmes.

Ainsi, des vapoteurs et des non-vapoteurs ont été soumis à une expérience. Durant celle-ci, treize clients de la vape shop ont vapoté en présence de nombreux non-vapoteurs.

Les auteurs de l’étude ont réalisé l’enquête sur la composition de particules présentes dans l’air. Il faut avouer que dans ce cas de figure les conditions d’expositions furent très élevées.

Pourtant, les résultats ont révélé que les niveaux d’exposition n’étaient pas nocifs. Bien au contraire, l’exposition à la nicotine était quasi inexistante. Le vapotage passif est encore loin d’être dangereux.

Est-ce que l’impact du vapotage passif peut varier en fonction du liquide vapoté ?

Le liquide électronique que vous vapotez a bien évidemment un impact sur les non-vapoteurs dans votre entourage immédiat. En fait, ici le vrai danger est constaté avec les liquides électroniques contenant de la nicotine.

Ce qu’il faut donc comprendre, c’est qu’il n’y a pas réellement de risque lorsque le vapotage est effectué avec du liquide électronique sans nicotine. Dans le cas d’un vapotage de nicotine, le danger encouru par les non-vapoteurs devient réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 eCig rating